Réflexion biographique d'un mélancolique sur la folie et son traitement moral

« Une nuit, après des semaines de souffrances épouvantables, désespéré, une horrible pulsion me saisit, m'ordonnant de détruire celle qui, par-dessus tous les êtres vivants, méritait le plus mon amour. Je m'enterrai sous les draps et luttai contre cette pulsion démoniaque jusqu'à ce que le lit se mette à trembler. Mais elle gagnait toujours en force. C'était incontrôlable. J'ai fermé les yeux et baissé la tête, par peur de la voir, et je me suis précipité hors de la maison. Pieds nus et sans vêtements, excepté une chemise de nuit, j'ai couru dans les rues jusqu'au commissariat de police et je les ai implorés de m'enfermer. »

Et ce fut au Glasgow Royal Asylum for lunatics at Gartnavel, vu par lui comme un « baraquement pour banditi », que James Frame, l'estomac habité par un esprit malveillant, écrivit ce traité de la folie.

Un classique de la psychothérapie institutionnelle, notamment chez les Anglo-Saxons, traduit de l'anglais par D. F. Allen, M.-H. Brunel, F. Hercouët, Ch. Tanguy.