Dates:
Samedi, janvier 27, 2018 - 08:30 - 18:00

Adresse

IPT - 83 boulevard Arago
75014 Paris
France
Adresse du site Web: Organisateur(s) du congrès:
association de psychanalyse Encore
email:

Le transfert est au cœur même du dispositif analytique. Il oriente l'éthique de l'analyste et soutient ses actes. La clinique analytique est une clinique du désir, ce qui la situe d'emblée à l'opposé des techniques d'orthopédie psychique à l'œuvre dans la psychothérapie.
Freud a fait du transfert le serviteur de l'éros. Il repère très vite que dans le dispositif de la cure, le transfert n'est pas un artéfact mais un véritable amour qui fait de la répétition le ressort essentiel de la situation analytique.
Au travers d'une lecture inspirée et créative du Banquet de Platon et de la trilogie de Claudel (L’otage, Le pain dur, Le père humilié), Lacan nous invite à penser le transfert autrement et dessine, dans son séminaire de 1960-1961 : Le transfert dans sa disparité subjective, sa prétendue situation, ses excursions techniques, les premiers contours des futurs objets conceptuels fondamentaux de sa doctrine : l'objet a, le sujet-supposé-savoir, le désir de l'analyste, l'acte analytique...
Dans ce séminaire, Lacan parle de la pratique du psychanalyste, pose l'originalité d'une clinique exigeante, ce qui en fait, près de 60 ans après son énonciation, une source vive de réflexions à poursuivre.
Que disait Lacan en 1960 de l'amour, du désir, du deuil de l'analyste ? Et pour quelles résonances aujourd'hui ? Et que fit Lacan lui-même de ses avancées ?
Qu'en est-il de l'actualisation du transfert dans le déroulé de la cure, dans une seule séance, ou en extension ?
Comment penser le rapport entre la fin du transfert et le savoir-faire avec son symptôme ?
Existe-t-il une voie qui mène de la destitution subjective à la sublimation?
Et qu'en est-il du transfert à la fin de la cure ?
Autant de questions que ce colloque de l'association de psychanalyse Encore propose de laisser ouvertes et en mouvement.